Lundi, 15 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 2 min 20 s

Vendre ou acheter des véhicules d'occasion au bout du doigt

Le 16 septembre 2014 — Modifié à 00 h 00 min le 16 septembre 2014
Par Karine Desrosiers

AUTOMOBILE. Rapidité et précision de l'information: ce sont les deux éléments essentiels qui permettent à un directeur de véhicule d'occasion de performer dans son travail. Aujourd'hui, grâce à la rapidité des communications électroniques, la vente et l'achat des véhicules usagés se fait d'un clic, au bout du doigt.

Les ventes de véhicules d'occasion dépassent les ventes de véhicules neufs dans plusieurs provinces et régions. C'est ce qui explique en grande partie l'ampleur que les départements de véhicules d'occasion ont pris chez les concessionnaires.

Depuis novembre dernier, on a mis en opération un nouveau site Internet qui regroupe quelque 300 concessionnaires automobiles du Québec, site sur lequel ils mettent en ligne les véhicules usagés dont ils veulent se départir ou peuvent acheter.

« Avec ça, tu as moins de chances de te tromper et tu es plus rigoureux aussi. C'est la rapidité des échanges de véhicules usagés que l'on a réglé avec ça », souligne Carol Desmeules, directeur véhicules d'occasion chez Alma Toyota.

Le Journal l'a consulté pour nous expliquer le fonctionnement du système et, ce qui se passe dans son cas, est similaire chez les autres concessionnaires.

Bon an, mal an, il transige quelque 250 véhicules d'occasion, soit des véhicules qui sont des reprises auprès de clients qui viennent échanger leur véhicule ou encore, des véhicules achetés auprès d'autres concessionnaires pour satisfaire la demande locale.

D'abord, chaque véhicule est évalué soigneusement et quand un véhicule est affiché sur le site en question, chaque membre en ligne reçoit un avertissement soit sur son ordinateur ou son téléphone intelligent comme le fait Carol Desmeules.

Avant, les concessionnaires fixaient un prix de vente à partir d'un petit livre.

« Le système nous donne le prix avec exactitude du véhicule, s'il a déjà été accidenté ainsi que son état avec toutes ses caractéristiques », ajoute-t-il.

Naturellement, il vise beaucoup les véhicules de marque Toyota des années 2010, 2011 et 2012, mais il sait également que les camions usagés sont très en demande dans la région.

Quand il mise sur un véhicule, Carol Desmeules se base sur les informations inscrite dans le dossier sur le nouveau site Internet. Ce véhicule a été évalué avec la même rigueur qu'il le fait lui-même, donc, les informations sont fiables.

Une fois le véhicule acheté et préparé, il est mis en vente et naturellement annoncé sur le site Internet du concessionnaire.

« Quelque 29 % des gens qui recherchent un véhicule le font sur Internet. Moi ici, 17 % de mes véhicules, soit quelque 42 voitures, je les vends à l'extérieur du Saguenay—Lac-Saint-Jean, comme Chibougamau, Québec, Drumondville, Montréal ou Sherbrooke. L'avènement de ce site, ça aide à être bon ! C'est mon outil de travail principal pour être compétitif. Ça rend la job intéressante car avec l'avancement électronique, ça change aux six mois », commente Carol Desmeules.

Présent dans le monde de l'auto depuis quelque 24 ans, Carol Desmeules explique que pour réussir dans le domaine, il faut travailler fort: « « On est évalué et il faut trouver de nouvelles façons de vendre. On échange beaucoup de trucs avec nos autres collègues. Le cours de directeur des voitures d'occasion, ça n'existe pas. Ça évolue tellement vite. Le Carol de 1990, ce n'est plus le même que le Carol de 2014. La base de la vente reste la même, c'est les moyens qui sont différents », de conclure.—F.P.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES