Lundi, 15 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 47 s

Prise d'otages dans une église du nord de la France: le groupe armé État islamique revendique l'attaque

Le 26 juillet 2016 — Modifié à 00 h 00 min le 26 juillet 2016
Par

INTERNATIONAL. Le groupe armé État islamique (ÉI) a revendiqué l'attaque survenue mardi dans une église près de Rouen, dans le nord de la France, durant laquelle un prêtre a été égorgé et une autre personne gravement blessée.

L'annonce a été faite dans un communiqué publié par l'agence de presse Aamaq, qui est affiliée au groupe terroriste.

Selon le communiqué, l'assaut contre l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray a été mené par "deux soldats de l'État islamique" qui ont répondu à l'appel du groupe exhortant ses fidèles à s'en prendre aux pays qui se battent contre lui en Irak et en Syrie.

Plus tôt mardi, le président de la France, François Hollande, avait laissé entendre que l'organisation terroriste était derrière l'attaque, au cours de laquelle deux assaillants ont pris des gens en otages dans une église avant d'être abattus par la police.

Prenant la parole depuis Saint-Étienne-du-Rouvray, où il s'est rendu en compagnie du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, M.

Hollande a qualifié l'assaut de "vile attaque terroriste" et affirmé que ce drame prouvait une fois de plus que la France était en guerre avec l'ÉI.

Le président français a exprimé son soutien à tous les catholiques de la France, mais a précisé que l'attaque visait "tous les Français".

L'archevêque de Rouen, Dominique Lebrun, a confirmé que le prêtre assassiné était le père Jacques Hamel, âgé de 84 ans.

Une autre personne à l'intérieur du lieu de culte a été grièvement blessée et se trouvait entre la vie et la mort, a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet.

Selon M. Brandet, la police a réussi à secourir trois otages.

L'attaque s'est produite durant la messe du matin.

L'identité des ravisseurs et le motif de l'assaut n'ont pas été précisés.

En entrevue avec la chaîne télévisée BMF TV, Pierre-Henry Brandet a déclaré que la force d'intervention spéciale Raid fouillait l'église et son voisinage afin de s'assurer qu'il n'y avait aucun explosif et que des enquêteurs de la brigade de lutte contre le terrorisme avaient été appelés en renfort.

La France est en état d'alerte depuis l'attaque survenue à Nice le 14 juillet, durant laquelle un homme au volant d'un camion a foncé dans la foule sur la promenade des Anglais et tué 84 personnes, et une série d'attentats revendiqués par le groupe armé État islamique (ÉI) qui ont fait 147 morts l'an dernier en sol français.

Les militants de l'ÉI ont exhorté leurs partisans à attaquer les églises de la France et auraient planifié au moins un assaut contre un lieu de culte français en avril 2015.

La Presse Canadienne

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES