Samedi, 13 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 59 s

Gilles Côté, un homme loyal comme il ne s’en fait plus

Yohann Harvey Simard
Le 05 novembre 2021 — Modifié à 18 h 10 min le 05 novembre 2021
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Les marchés d’alimentation n’ont plus de secret pour Gilles Côté, lui qui vient tout juste de franchir sa 50e année de carrière à l’épicerie Maxi de l’avenue du Pont Sud, à Alma.

Aujourd’hui âgé de 69 ans, c’est à 18 ans que Gilles Côté décroche son premier emploi chez Provigain, une bannière aujourd’hui connue sous le nom de Provigo. Or, ce premier emploi sera aussi son dernier, car jamais il ne le quittera.

À l’époque, l’épicerie où il est embauché se situe au centre-ville d’Alma. Les années passent, les administrations se succèdent, l’épicerie déménage, mais Gilles Côté, lui, reste.

En 2002, l’homme à la fidélité inébranlable se retrouve ainsi à travailler pour la bannière Maxi, dont la succursale est maintenant hébergée dans les Galeries Lac-Saint-Jean. Là encore, pas question pour Gilles Côté d’abandonner le navire, et ce, dit-il, pour la simple et bonne raison que « dans le milieu de l’épicerie, tu ne manques jamais de job! […] Moi, le chômage, je ne connais pas ça! »

Comme le fond de sa poche

Est-ce que ces fraises viennent du Québec? Quelle pièce de viande est la plus tendre? Où se trouvent les condiments? Autant de questions auxquelles Gilles Côté peut répondre sans difficulté. Son épicerie, il en connaît les moindres recoins.

C’est qu’afin de déjouer la routine, il a travaillé au sein de tous les départements. « Il y a juste les caisses que je n’ai pas faites! », lance-t-il.

De précieux souvenirs

Si sa longue carrière lui a permis d’accumuler beaucoup d’expérience, c’est également avec une valise débordante de beaux souvenirs que Gilles Côté fera son grand départ.

À l’aube de la retraite, l’homme se remémore avec nostalgie les innombrables moments passés avec ses collègues. Il chérit particulièrement l’époque où les partys et les sorties entre employés étaient monnaie courante.

Mais ce seront aussi de nombreux clients, devenus des amis, que Gilles Côté laissera derrière lui. Au fil du temps, son sourire contagieux et sa bonne humeur naturelle l’ont amené à être très apprécié de la clientèle. « J’ai pas mal de blondes! », s’exclame-t-il en riant.

On y trouve de tout, même une épouse

Loyal envers son employeur, Gilles Côté est également l’homme d’une seule femme. Et cette femme, avec laquelle il partage 44 années de mariage et deux enfants, elle s’appelle Madeleine Cloutier.

Leurs regards se croisent pour la première fois en 1975 alors que la jeune femme est elle aussi engagée chez Provigain. Fréquentant d’ailleurs les mêmes bars et restaurants le soir venu, ils s’entichent peu à peu l’un de l’autre.

Auparavant collègues de travail, ils prononcent leurs vœux deux ans plus tard, en 1977. Les deux tourtereaux ne se sépareront plus jamais, et c’est le cas de le dire. Il y a quelques mois encore, tous deux travaillaient toujours au même endroit, main dans la main.

Madelaine Cloutier et Gilles Côté se sont rencontrés en 1975 alors qu’ils travaillaient chez Provigain, après quoi ils passeront leur vie main dans la main.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES