Lundi, 22 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 40 s

Autoroute Alma-La Baie: les tracés nord seraient une « catastrophe » pour Saint-Bruno

Yohann Harvey Simard
Le 07 avril 2022 — Modifié à 11 h 51 min le 07 avril 2022
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Le maire de Saint-Bruno, François Claveau, se croise les doigts pour que le ministère des Transports du Québec (MTQ) retienne le tracé sud dans le cadre du prolongement de l’autoroute Alma-La Baie.

Rappelant que c’est le tracé sud qui avait fait consensus en 2012, il indique que tous les projets de développement de la municipalité ont été pensés en fonction de ce scénario depuis.

« Si ce n’est pas le tracé sud, ça va être une catastrophe pour Saint-Bruno. C’est un enjeu majeur pour notre vitalité. »

« Les tracés qui sont au nord vont inciter les automobilistes à éviter le village. Ce qui a fait notre dynamisme et qui nous a permis d’accueillir 200 familles dans les dernières années, c’est qu’en étant à Saint-Bruno, peu importe si un travaille au Lac-Saint-Jean et l’autre à Saguenay, les familles sont à 20-30 minutes de tout. Mais là, tu viendras plus t’installer à Saint-Bruno parce tu ne seras plus collé sur l’autoroute », fait valoir Philippe Lusinchi, urbaniste et directeur général adjoint de Saint-Bruno.

Au cours des dernières années, Saint-Bruno a élaboré un plan de développement résidentiel de 170 terrains au sud de la municipalité. Le plan comprend notamment l’aménagement de bretelles d’accès à l’autoroute pour les citoyens actuels et futurs.

De plus, selon François Claveau, la réalisation du tracé sud exigerait un bien moins grand nombre d’expropriations et permettrait de préserver plus de terres agricoles.

Pour Saint-Bruno, la réalisation du tracé sud est une condition indispensable à son développement résidentiel, et par extension, à sa vitalité économique.

Rue Melançon

Par ailleurs, la municipalité a également soumis plusieurs idées au MTQ quant au réaménagement de la rue Melançon, dont une bonne partie du trafic sera détournée grâce au prolongement de l’autoroute.

« Le plus gros enjeu, c’est la sécurité des écoliers sur les intersections. Il faut trouver un moyen de faire ralentir les automobilistes à 50km/h de l’entrée à la sortie du village. On veut faire des aménagements qui vont inciter les gens à réduire leur vitesse. »

S’ils voyaient le jour, ces aménagements représenteraient des investissements de 9 M$.

Il pourrait entre autres s’agir de l’élargissement des trottoirs et de la plantation d’arbres en bordure de route, ce qui réduirait à la fois la surface de la chaussée et le champ de vision des automobilistes. « Comme ça, ils seraient moins tentés d’aller vite. »

Le projet demeure toutefois sur la glace puisque Saint-Bruno n’a reçu aucune réponse concluante de la part du MTQ jusqu’à maintenant.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES