Dimanche, 16 juin 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 40 s

Québec refuse de financer l’envol de la Coop Air du Lac

Serge Tremblay
Le 09 février 2023 — Modifié à 07 h 05 min le 09 février 2023
Par Serge Tremblay - Rédacteur en chef

Le projet de vols abordables Alma-Roberval-Montréal proposé par la Coop Air du Lac est encore coincé sur le tarmac. L’automne dernier, la coop d’aviation s’est vu refuser sa demande d’aide financière par Québec.

Créée en 2019, la Coop a pour objectif d’améliorer l’offre de transport aérien entre le Lac-Saint-Jean et Montréal grâce à l’instauration d’un horaire régulier de vols abordables vers la métropole à partir d’Alma et Roberval.

Un soutien financier de 200 000 $ aurait été nécessaire pour mettre le projet en branle. Une demande qui a toutefois été déclinée par Québec l’automne dernier, indique le président du conseil d’administration de la Coop, Marc Moffatt.

Selon ce dernier, le projet ne cadrait pas dans le Programme d'accès aérien aux régions qui, en compensant les coûts excédentaires, permet aux compagnies d’aviation d’offrir des billets à 500$ aux passagers des régions éloignées.

Or, le programme permet seulement de subventionner les billets d’avion des particuliers, et non ceux de la clientèle d’affaires comme le souhaiterait la Coop.

De plus, Marc Moffatt explique que « l’argument du gouvernement provincial était qu’il voulait aider des infrastructures déjà en opération et des opérateurs déjà existants, donc les Air Canada et les Pascan Aviation de ce monde. »

« Ils n’ont pas voulu nous aider. Mais nous, on veut simplement structurer des services déjà existants en région », fait-il valoir, rappelant que la Coop repose sur un partenariat avec Panorama Aviation et qu’elle utiliserait les installations des aéroports d’Alma et de Roberval.

Un programme inadéquat

Marc Moffatt affirme que depuis la mise en place du programme en avril 2022, plusieurs régions qui en ont bénéficié se sont dites insatisfaites des résultats.

« Des élus d’un peu partout au Québec ont critiqué le Programme. Ils disent que ce n’est pas à la hauteur des attentes et des besoins des régions. »

Selon Marc Moffatt, c’est l’exclusion des entreprises du programme que l’on déplore au premier chef. On lui reproche aussi de seulement soutenir des transporteurs comme Air Canada, si bien que « la fiabilité du service est un peu à la mesure d’Air Canada… ».

Lueur d’espoir

Déçus de la réponse du gouvernement, les administrateurs de la Coop ont rencontré Yves Montigny, adjoint gouvernemental à la ministre des Transports et de la Mobilité durable, Geneviève Guilbault.

« Il a été mandaté pour travailler avec l’Union des municipalités du Québec, les élus et les régions pour voir si on ne pouvait pas revoir le Programme. On devrait prochainement avoir une autre rencontre plus formelle pour voir ce qu’on peut faire. »

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES