Vendredi, 19 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 33 s

La région met le cap sur un « tourisme régénératif »

Le 28 avril 2022 — Modifié à 09 h 42 min le 28 avril 2022
Par Stagiaire Trium Médias

Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean a réuni 125 acteurs régionaux au Théâtre Palace Arvida pour présenter son itinéraire stratégique à l’occasion de son rendez-vous annuel, mercredi 27 avril. Ce plan ambitionne de faire du tourisme saguenéen une industrie plus cohérente, durable et inclusive, et ce d’ici 2030.

« Au début on voulait se projeter en 2025. Mais 2025, c’est demain matin ! Il fallait choisir un horizon plus lointain, pour avoir des effets concrets », explique la directrice générale de Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Dubord.

La protection de l’environnement, l’accessibilité, l’innovation, la richesse humaine et la consolidation durable de la structure financière sont les grands axes de réflexion sur lesquels se pencheront l’ensemble des acteurs du territoire dans les années à venir. « Le thème qui ressort, c’est une économie régénératrice. Le but : que le touriste laisse la destination dans un meilleur état à son départ qu’à son arrivée, qu’il laisse sa trace, positive », souligne Julie Dubord.

Un agent de transformation positif

Selon la directrice générale, l’industrie touristique, parce qu’elle est directement imbriquée dans toutes les facettes du territoire, est actrice du changement. « Le tourisme a le potentiel de devenir un agent de transformation positif, c’est plus qu’un rêve ou une simple volonté », ajoute la responsable des communications de l’organisation, Catherine Potvin.

Le chantier permettra à l’industrie de mieux correspondre aux besoins émergents des touristes. « On le voit qu’il y a une véritable préoccupation pour l’impact environnemental d’un séjour », remarque le directeur du Créneau d'excellence en tourisme d'aventure et écotourisme, Gilles Simard. « Il y a de nouvelles tendances à prendre en compte : comme le concept de « tracances », un mélange de travail et de vacances », complète le directeur des parcs nationaux des Monts-Valin et de la Pointe-Taillon, François Guilleau.

Un chantier d’envergure

Pour définir ce plan, l’équipe s’est appuyée sur des orientations préconisées par l’ONU, le Plan d’action en tourisme responsable et durable, ainsi qu’une feuille de route du ministère du Tourisme. Plusieurs chantiers seront lancés au courant de l'année 2022, notamment des comités répondant à chaque mission et différents groupes de travail.

Julie Dubord rappelle qu’il s’agit là d’un chantier d’envergure, qui se fera sur le long terme : « Ce n’est même pas un marathon, c’est une expédition sur le chemin de Compostelle ! Il va falloir se challenger, mais on mise sur la collaboration de tous. »

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES