Lundi, 22 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 2 min 6 s

Un vin à base de bleuets « made in » Lac-Saint-Jean

Denis Hudon
Le 23 août 2022 — Modifié à 16 h 28 min le 23 août 2022
Par Denis Hudon - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Le B Sauvage, un vin rouge à base de bleuets sauvages, sera bientôt disponible sur les tablettes de la SAQ et des épiceries. Karl Lepage de Saint-Félicien et la Congèlerie Héritier de Normandin sont à l’origine de ce nouveau venu dans le paysage viticole jeannois avec une première commercialisation de près de 11 000 bouteilles.

Karl Lepage jonglait depuis un bout de temps avec l’idée de transformer davantage notre petit fruit bleu que l’on retrouve en abondance au Lac-Saint-Jean. Cinq années de travail ont été nécessaires pour mener à terme le projet, jusqu’au lancement aujourd’hui du vin B Sauvage.

« Seulement 5 % environ du bleuet est transformé, tout le reste est exporté et congelé. En transformant le bleuet en divers produits, ça devient une valeur ajoutée », insiste-t-il.

Il a donc fait appel à des œnologues spécialisés en vins de fruits pour l’appuyer dans son aventure.

« Il existe déjà sur les marchés une vingtaine de vins de bleuets, mais des vins fabriqués à partir de bleuets sauvages, c’est plus rare. Avec le vin de bleuets B Sauvage, je voulais vraiment concevoir un produit qui soit comparable, mais avec une touche et des caractéristiques particulières. Le produit fini répond à ces critères », poursuit Karl Lepage, reconnu comme un autodidacte.

Le début de quelque chose de plus grand

Le vin rouge B Sauvage a été embouteillé il y a maintenant un mois, à partir des installations de l’usine de congélation de Normandin.

« C’est un vin de soif classique qui se compare aux vins rouges que consomment généralement les habitués », assure Karl Lepage.

Sur l’étiquette à l’endos de la bouteille, on peut lire : « B Sauvage arbore une couleur rubis semi-opaque, une robe généreuse et soyeuse, qui annoncent un nez puissant aux arômes de chocolat, de cerise et de torréfaction sur une finale soutenue. Les amateurs de Syrah entre autres, en seront comblés. »

Pour les concepteurs du B Sauvage, c’est une fierté de pouvoir offrir une nouvelle façon de déguster le bleuet sauvage. Il s’agit d’un vin qualifié de savoureux, idéal pour accompagner un repas de fondue, les viandes forestières ou encore pour concocter une sangria boréale.

La bouteille a un format classique de 750 ml avec un volume en alcool de13,8%. Le prix a été établi à 23,90 $ la bouteille et le nouveau vin sera disponible sous peu dans les succursales de la SAQ et les épiceries licenciées.

Karl Lepage ne veut pas s’arrêter-là et s’attend à doubler la production dès l’an prochain avec plus ou moins 25 000 bouteilles (75 000 livres de bleuets) et augmenter graduellement la production au fil des ans et de la demande. Son équipe veut aussi développer d’autres vins de bleuets et à partir d’autres petits fruits.

L’objectif ultime est de pouvoir dans les prochaines années exporter le B Sauvage aux États-Unis, mais aussi en Chine, au Japon et même ailleurs dans le monde.

« Pour la première année, on s’attend à ce que la majorité de notre production s’écoule dans la région, mais on veut déborder nos frontières régionales ».

Il aura fallu 25 000 livres de bleuets pour produire les 11 000 bouteilles du vin B Sauvage.

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES