Mardi, 16 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 41 s

Mario Desbiens ne lâche pas le morceau

Yohann Harvey Simard
Le 16 septembre 2022 — Modifié à 22 h 52 min le 16 septembre 2022
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Entre la fermeture de la résidence pour retraités et la recherche d’une nouvelle vocation pour l’église, plusieurs changements sont à prévoir à Sainte-Monique.

En juillet, la municipalité a annoncé qu’elle n’avait d’autre choix que de procéder à la fermeture de l’Auberge du Bon Temps. Une décision crève-cœur, mais qui s’imposait, soutient le maire de Sainte-Monique, Mario Desbiens.

Outre le manque de personnel, dit-il, le maire soutient que ce sont avant tout des problèmes de rentabilité qui justifiaient la fermeture de la maison pour retraités. Plus que 13 des 18 chambres de l’établissement étaient occupées, si bien qu’il était devenu difficile de couvrir les frais de l’établissement.

La quasi-totalité des résidents a été redirigée vers d’autres ressources. La municipalité tentera maintenant d’employer la résidence à d’autres fins, affirme le maire, précisant qu’il souhaite que l’établissement conserve une vocation communautaire. L’aménagement d’appartements pour familles dans le besoin est notamment envisagé.

Bibliothèque municipale

Chose certaine, c’est que la bibliothèque municipale, qui se trouve actuellement au sous-sol de l’Auberge du Bon temps, sera relocalisée sous peu dans l’hôtel de ville.

L’accessibilité de la bibliothèque s’en trouvera améliorée puisqu’elle disposera du même horaire que l’hôtel de ville, soit de 8h à 16h du lundi au vendredi. Un système de cartes à puce sera également mis en place afin de permettre aux citoyens d’accéder à la bibliothèque en dehors des heures d’ouverture.

S’il se réjouit de l’avancement de plusieurs dossiers, Mario Desbiens confie vivre des frustrations quant aux retards de certains autres.

Église

Quoique de nombreux projets ont récemment été menés à terme ou le seront bientôt,  d’autres, comme la celui de la requalification de l’église, tardent à se concrétiser. Une source de frustration pour Mario Desbiens.

Si plusieurs propositions ont été faites afin de redonner vie à l’église, « il n’y a aucun développement pour l’instant », déplore-t-il.

L’idée d’y implanter un centre de culture verticale avait notamment été mise de l’avant, un projet qui a dû être écarté faute d’être rentable.

Station d’épuration

Mario Desbiens se dit également impatient d’obtenir les subventions nécessaires à la construction d’une station d’épuration pour sa municipalité, un projet évalué à 8 M$.

« Nos eaux usées s’en vont encore directement dans le Péribonka. Ça fait trois ans qu’on travaille sur ce dossier-là, et toutes les années où ça retarde, ça monte d’un million de dollars », soulève-t-il.

Avec seulement 250 comptes de taxes, la municipalité souhaite que la construction de la station d’épuration puisse être subventionnée à 95%, soit 10% de plus que l’offre actuelle de Québec.

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES