Actualités

Temps de lecture : 1 min 55 s

Gilles Doucet, l’homme derrière Festirame

Yohann Harvey Simard
Le 17 avril 2023 — Modifié à 00 h 43 min le 17 avril 2023
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Gilles Doucet, l’homme derrière Festirame

Si aujourd’hui, Festirame est couru pour les nombreux artistes qui s’y produisent, tout a commencé en 1973 par une modeste compétition de chaloupes à rames, une idée toute droit sortie de la tête de Gilles Doucet. Chaque année, c’est un mélange de stupeur et de ravissement pour l’homme de 83 ans lorsqu’il constate l’ampleur du phénomène dont il est à l’origine.

Les 55 km du lac Saint-Jean en chaloupes à rames, tel a été le nom de l’évènement durant les années suivant sa naissance. Car, c’est bien seulement de ça qu’il s’agissait au départ.

Plus précisément, explique Gilles Doucet, anciennement policier pour la Sûreté du Québec, l’objectif était d’offrir une occasion aux agents des différents corps de police de se côtoyer en dehors du travail.

« Je me suis dit qu’il fallait absolument trouver quelque chose pour se rencontrer, pour qu’on apprenne à mieux se connaître. »

Alors qu’il évolue au sein du service de police de Roberval, Gilles Doucet se dit qu’il pourrait tout bonnement emprunter les embarcations utilisées dans le cadre de la Traversée du lac Saint-Jean à la nage afin d’organiser une compétition amicale de chaloupes à rames.

Après avoir convaincu quelques-uns de ses collègues d’embarquer dans son drôle de plan, il se met à solliciter des policiers aux quatre coins de la province. Au total, ce sont 25 corps de police qui accepteront de participer à la première édition de l’évènement. « C’est là que je me suis dit : coudonc, ça marche notre affaire! Avec 25 équipes, on a attiré beaucoup de gens. »

Un succès inattendu

La traversée se révèle une réussite. Alors que l’évènement gagne en popularité d’une année à l’autre, Gilles Doucet met sur pied un tirage en collaboration avec Loto-Québec afin d’amasser les fonds nécessaires à l’achat de leurs propres embarcations.

« On a même dépassé l’objectif. On a ramassé à peu près 100 000 $! »

Rendu à sa quatrième édition, l’évènement est consacré et possède désormais son propre comité organisateur.

Évolution

Afin de ne pas faire d’ombre à la Traversée à la nage, la compétition de chaloupes modifie son itinéraire entre 1986 et 1987. Plutôt que de partir de Saint-Gédéon pour se rendre à Roberval, les rameurs partiront de Desbiens en direction de la Dam-en-Terre.

Alma s’impliquera activement dans la traversée à partir des années 90, notamment avec le tirage de la maison Festivalma. Se grefferont progressivement les spectacles désormais indissociables de l’évènement, rebaptisé Festirame au tournant des années 2000.

Gilles Doucet ému

Pour Gilles Doucet, il n’y a pas plus grand bonheur que d’avoir vu sa compétition prendre une telle importance.

« De penser qu’on est partis avec pas grand-chose et que 50 ans plus tard, non seulement ce soit resté, mais que ça ait grossi, ça me donne les larmes aux yeux. Oui, j’ai un cœur qui est faible maintenant, mais ça, ça me donne un cœur neuf. »

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES