Économie

Temps de lecture : 1 min 48 s

Congrès et tourisme d’affaires : une bouffée d’air frais pour les hôteliers

Le 07 octobre 2022 — Modifié à 11 h 01 min le 07 octobre 2022
Par Mélyna Girard

Congrès et tourisme d’affaires : une bouffée d’air frais pour les hôteliers

Les hôteliers de Saguenay ont droit à une belle bouffée d’air frais, puisque la reprise des congrès et du tourisme d’affaires est bien entamée. Plusieurs événements, qui avaient dû être annulés en raison de la pandémie, sont pratiquement tous reconduits à une date ultérieure.

Le téléphone recommence à sonner. C’est pratiquement un retour à la normale pour les établissements d’hébergements et les salles de congrès de la région. Même si le télétravail a marqué les deux dernières années, les organisations, travailleurs et congressistes ont le goût de se revoir en personne.

« Les gens avaient envie de revenir en personne. Ils sont heureux de revoir leurs collèges. On sait combien ça devient de gros avantages pour les organisations d’échanger, surtout au niveau professionnel », fait valoir Nathalie Gaudreault, directrice du tourisme chez Promotion Saguenay.

Région de choix

Selon Promotion Saguenay, le Saguenay-Lac-Saint-Jean est capable de tirer son épingle du jeu afin d’attirer les congrès ici, notamment en raison de sa proximité avec Québec, les nombreux paysages ou l’offre d’activités en plein air.

« Nous sommes à 2h de route de Québec, nous avons une route panoramique et nous offrons un accueil légendaire. Quand les congressistes viennent ici, ils partent aussi à la découverte de nos parcs nationaux ou encore des paysages. C’est ce qui nous distingue », ajoute Nathalie Gaudreault.

Chaque année, les congrès et le tourisme d’affaires représentent environ 5 M$ de retombées économiques directes. En retombées indirectes, c’est beaucoup plus, selon Promotion Saguenay.

Chaque congrès attire entre 300 et 500 participants. Mais la région a aussi les moyens d’en accueillir plus de 3 000, comme ce fut le cas lors du 86e Congrès de l'ACFAS en 2018.

« Nous avons 1 165 chambres de 3 à 5 étoiles, dont 900 de 4 à 5 étoiles. Évidemment, les congrès, ça se prépare de 2 à 4 ans d’avance. On travaille de pair avec les hôteliers et nous sommes là pour les accompagner », fait valoir Nathalie Gaudreault.

Rareté de main-d’œuvre : un défi

Le secteur hôtelier n’est pas épargné par la rareté de main-d’œuvre. En collaboration avec Promotion Saguenay, il met les bouchées doubles afin de recruter du personnel.

« Les hôtels sont encore en recrutement. On a une bonne quantité de travailleurs étrangers, je pense que c’est prometteur. Ils se sont serré les coudes et ont fait de gros efforts. On est grandement impressionnés », conclut-elle.

 

Le Cahier EntrePreneurs est une initiative de Trium Médias, en collaboration avec le journal Les Affaires. Dans les éditions trimestrielles (avril, juin, septembre et novembre) se trouveront des articles touchant directement les enjeux et défis du monde des affaires.

Pour consulter la troisième édition

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES