Samedi, 13 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 50 s

La récolte de bleuets pourrait être meilleure que l’an passé

Denis Hudon
Le 12 septembre 2023 — Modifié à 14 h 26 min le 12 septembre 2023
Par Denis Hudon - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

La récolte de bleuets aura été encore fructueuse cette année. Tout indique que la région se dirige vers un bilan de l’ordre de 95 à 100 millions de livres. Une récolte qui pourrait ressembler à celle de l’an dernier avec 97,7 millions de livres de bleuets.

D’autres encore pensent que ce sera meilleur que l’an passé.

Au moment d’écrire ces lignes jeudi dernier, il restait encore à récolter les derniers petits fruits sauvages de la saison, jusqu’autour du 15 septembre.

« Les volumes sont plus imposants que prévu. On a bénéficié de bonnes températures. Bien qu’on ait connu des périodes de grosses chaleurs et de fortes pluies à certains moments, ça n’a pas compromis la récolte. Le mois d’août a été favorable », lance d’entrée de jeu Jean-Pierre Senneville de Bleuets sauvages du Québec.

Celui-ci reconnaît par ailleurs que l’inflation, les taux d’intérêt et la hausse des prix à la consommation sont des facteurs qui affectent les consommateurs. La demande pour des produits comme le bleuet n’est pas aussi forte que souhaitée.

« Ce n’est pas une dynamique très reluisante, mais on verra ce que ça donnera sur les marchés, dans un ou deux ans ».

Jean-Pierre Senneville rappelle, pour mettre les choses en perspectives, que la région est un petit joueur dans l’industrie mondiale du bleuet, alors qu’il se récolte annuellement sur la planète environ 4,3 milliards de livres de bleuets.

Même constat

Chez Bleuets Mistassini, l’analyse est semblable.

« L’an passé, on a eu une très bonne récolte et avec ce que je vois, on se dirige vers une année qui pourrait être supérieure », soutient Mario Bussières, directeur général chez Bleuets Mistassini.

La chaleur écrasante des derniers jours aura vraisemblablement eu peu d’impact, selon ce dernier.

« Comme dans la région, nous sommes en système de récolte de nuit, nous récoltons toujours en période fraiche. Les chaleurs en fin de saison ont un impact, mais pas autant qu’on pourrait le penser. Chaque matin, nous avons une rosée au sol et cette eau sert un peu comme un lubrifiant qui aide à protéger le fruit lors de la récolte. »

En forêt

Pour Alain Laprise, président de l’Association des cueilleurs de bleuets hors bleuetières, affiliée au Syndicat des producteurs de bleuets du Québec (SPBQ), la récolte a été meilleure qu’anticipée.

« On a connu une belle température et il y a eu peu de gel. Le fruit était très beau. C’est le prix qui est bas, autour de 55 sous la livre en forêt cette année. Pour un gars habitué comme moi et qui adore la cueillette, c’est quand même intéressant. J’ai dû cueillir tout près de 2 000 livres pour la vente cette année ». Il aimerait bien que le prix à la livre revienne autour de 0,80 $ à 1,00 $.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES