Vendredi, 19 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 49 s

Levée de fonds pour la Maison Soli-Can d’Alma

Une 2e édition tout aussi réussie

Yohann Harvey Simard
Le 20 juin 2024 — Modifié à 12 h 00 min le 20 juin 2024
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

C’est une deuxième édition couronnée de succès qui a pris fin vendredi dernier pour la levée de fonds au profit de la Maison Soli-Can d’Alma. Cette année encore, l’objectif de 40 000 $ a été dépassé.

La campagne de financement s’est à nouveau déroulée sous la forme d’un tirage avec, comme prix, un véhicule Honda HR-V et une carte-cadeau de 5000 $ chez Sports DRC. Les 1275 billets qui avaient été mis en vente au coût de 60 $ ont tous trouvé preneur.

Selon l’instigateur de la levée de fonds, Steeve Larouche, le succès du tirage s’explique notamment par les probabilités élevées de le remporter.

« Encore cette année, à Loto-Québec, nous étions le tirage avec la plus grande probabilité de gagner. Et ce qui arrive, c’est qu’il y a des gens de partout au Québec qui suivent ça, les tirages. Alors, ils y a des gens de partout qui nous achètent des billets. »

La remise des prix s’est faite vendredi dernier, lors d’un 5 à 7 organisé chez Alma Honda pour l’occasion. Au total, la campagne a permis d’amasser 44 245 $.

Maison Soli-Can

Rien n’obligeait Steeve Larouche à mettre sur pied une levée de fonds au profit de la Maison Soli-Can d’Alma. S’il l’a fait, c’est car il a été témoin de la façon dont un tel organisme pouvait rendre plus doux les derniers moments d’un être cher.

« Moi, en 2009, j’ai eu une conjointe qui est décédée de la fibrose kystique à l’hôpital. Tout était correct, le personnel était sympathique et le service, très bon. Ça n’a rien à voir avec ça. Mais bon, elle a quand même passé ses derniers moments dans une aile d’hôpital. »

Éventuellement, lorsqu’il perd sa grand-mère et plus tard, un ami, Steeve Larouche découvre la Maison Soli-Can, dont il ignorait l’existence lors du décès de sa conjointe.

« Si j’avais su que ça existait à l’époque, j’aurais probablement fait une demande parce que c’est extraordinaire ce que la Maison Soli-Can fait pour les personnes en fin de vie et pour leurs proches. Je me suis tout de suite dit qu’il ne fallait surtout pas que ça arrête. »

Sachant que la Maison Soli-Can d’Alma doit annuellement amasser 400 000 $ en dons de la communauté pour assurer son fonctionnement, c’est là que l’idée de la levée de fonds lui est venue.

Steeve Larouche, qui travaille pour les services financiers Primerica, a pu compter sur l’appui immédiat de ses collèges pour monter la campagne de financement, à laquelle ils ont tous contribué de leurs propres poches. Il ajoute que la campagne n’aurait pas non plus été possible sans la participation de plusieurs entreprises commanditaires, notamment pour les prix.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES