Dimanche, 16 juin 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 30 s

Les élèves du CFER à l’œuvre dans une opération de ramassage de déchets

Yohann Harvey Simard
Le 26 avril 2023 — Modifié à 15 h 40 min le 26 avril 2023
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Les élèves du Centre de Formation en Entreprise et Récupération (CFER) du Pavillon Wilbrod-Dufour d’Alma participent à une importante opération de ramassage de déchets dans le cadre du Jour de la Terre.

La trentaine de jeunes inscrits au programme passeront à l’action le mardi et le mercredi 25 et 26 avril prochains. Ils se rendront au Lieu d’enfouissement technique d’Hébertville afin de débarrasser le site des détritus qui s’y sont éparpillés en périphérie.

Les déchets ramassés s’ajouteront à ceux déjà collectés autour de leur école récemment, de même qu’à ceux qu’ils iront plus tard retirer de l’enceinte de certains parcs.

En même temps qu’elle favorise l’émergence d’une conscience environnementale chez ses participants, l’activité vise aussi à stimuler le développement des qualités mises de l’avant dans les CFER, soit la rigueur, l’autonomie, l’engagement, l’effort et le respect. Des attributs précieux en milieu professionnel, rappelle Nadine Barbeau, enseignante au CFER du PWD.

C’est quoi, un CFER?

Méconnus, estime l’enseignante, les CFER sont des programmes de niveau secondaire conçus spécialement pour les élèves aux parcours académiques atypiques. L’un de leurs principaux objectifs est d’éviter que des jeunes talentueux ne deviennent des décrocheurs simplement car ils ne cadraient pas dans le cheminement scolaire standard.

« C’est pour leur donner des chances de poursuivre leur parcours, mais pas nécessairement à partir de leurs forces académiques. Selon moi, mes élèves ont peut-être de la difficulté en mathématique ou en français, mais ils ont toutes les autres qualités! »

Un parcours à l’emploi

Ultimement, la mission d’un CFER est de former « des personnes autonomes, des citoyens engagés et des travailleurs productifs. C’est ça qu’on travaille pendant trois ans », précise Nadine Barbeau.

En ce sens, le CFER du PWD consiste notamment à préparer ses élèves au marché du travail. Lors de leur première année, ces derniers ont l’occasion de participer à plusieurs activités axées sur la connaissance de soi. Lors de la seconde, ils sont introduits au monde professionnel par le biais de la boutique du CFER du PWD, dans laquelle sont vendus des vêtements de travail d’Hydro-Québec qu’ils ont eux-mêmes recyclés. À leur troisième année, les élèves prennent leur envol en intégrant un milieu de stage de leur choix en vue d’y accomplir un travail semi-spécialisé.

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES