Mardi, 16 juillet 2024

Chroniques

Temps de lecture : 4 min 16 s

Décentralisons avant de faire l’indépendance

Serge Tremblay
Le 21 mars 2023 — Modifié à 07 h 23 min le 21 mars 2023
Par Serge Tremblay - Rédacteur en chef

Chronique

René Lévesque avait raison : on aurait dû décentraliser avant de faire l’indépendance. C’est ainsi qu’il avait présenté un Livre blanc sur la décentralisation en 1977. Il croyait que chacune des régions du Québec, y compris Montréal, devait obtenir davantage d’autonomie et posséder chacune leur gouvernement régional. Il comprenait qu’il n’y avait pas un seul Québec, mais bien plusieurs, avec des réalités et des préoccupations bien différentes. Il savait qu’un Québec fort, ne pouvait résulter que de régions fortes et autonomes, capables de s’administrer en grande partie par elles-mêmes. Faire l’indépendance sans avoir décentralisé auparavant, c’était l’échec garanti de l’indépendance, car les régions n’ayant pas de structures de pouvoir pour recevoir de nouvelles responsabilités, tous les nouveaux pouvoirs acquis d’Ottawa auraient été « temporairement » transférés au central à Québec. Le Québec serait alors devenu le pays le plus centralisé au monde. On aurait rapproché le pouvoir de Québec, mais il serait demeuré dans une tour d’ivoire, bien loin des citoyens et citoyennes.

Ce n’était certainement pas la vision que René Lévesque avait de la démocratie. Pour lui, la centralisation des pouvoirs, qu’elle soit à Ottawa ou à Québec, n’avait pas de sens.

Il devait y avoir une autre voie, plus démocratique et plus efficiente. Cette voie, c’était la décentralisation, qui était selon lui : « un acte de confiance envers les régionaux, dans leur capacité à identifier des solutions adaptées à leurs réalités et à leurs besoins ». Il voyait bien que la centralisation favorisait la dépendance, plutôt que le développement. Il faisait partie de ceux et celles qui croient que le développement, c’est un processus qui vise à rendre les individus et les collectivités plus autonomes et mieux en mesure de maîtriser leur destinée.

Je crois qu’en dehors de la reconnaissance de la capacité des régionaux à se gérer par eux-mêmes, il avait intuitionné l’idée que plus les régions seraient autonomes, plus elles développeraient des compétences et plus elles prendraient de l’assurance dans leur gestion. Elles en viendraient à avoir de plus en plus d’appétit pour se gérer par elles-mêmes. Les régionaux pourraient même réclamer l’indépendance pour s’assurer d’une plus grande autonomie.

Malheureusement, tel ne fut pas le scénario. Il y avait beaucoup de chantiers au menu du gouvernement péquiste et, pour toutes sortes de raisons, des voies centralisatrices se sont élevées, mettant des bâtons dans les roues du Livre blanc sur la décentralisation, qui a fini aux calendes grecques.

Désormais, la décentralisation se ferait après l’indépendance. Les tenants de la centralisation avaient gagné, point à la ligne. Le pouvoir des territoires a été enterré, sans même un petit coup de goupillon, avec comme résultat que 45 ans plus tard, nous n’avons ni l’un, ni l’autre.

Qu’on me comprenne bien, je n’ai pas abandonné l’idée de faire du Québec un pays, je demeure persuadé que c’est la chose à faire. Mais pour faire un pays, il faut plusieurs éléments, dont certains nous manquent. Nous avons bien sûr un immense territoire, rempli d’eau douce, de terres, de ressources naturelles de toutes sortes, d’hommes et de femmes possédant toutes les compétences pour gérer le pays du Québec. Même Jean Charest, et plus récemment François Legault, ont déclaré qu’un Québec indépendant était tout à fait viable du point de vue économique. Nous avons « Le kit de base »   pour assoir un solide pays.  Mais il nous manque un élément essentiel qui est : la confiance,  tant l’un envers l’autre, qu’en ce qui regarde les régions envers la métropole et vice-versa. Le résultat de la dernière élection en est l’illustration quasi parfaite. Le fait que nous ne nous faisions pas confiance a entrainé la multiplication des partis, parfois pas si éloignés, et la division du vote.

Les partis qui avaient déjà été des phares pour la société québécoise sont maintenant marginalisés. Le « peuple » ayant perdu confiance dans la politique cherche quelque chose de nouveau, tout en n’étant pas si différent. Ce n’est pas étonnant que la CAQ soit devenue une valeur refuge presque partout au Québec, sauf à Montréal qui, il faut bien le dire, a une réalité différente du reste du Québec. Pour répondre à cette réalité fort différente, que ce soit en termes de densité de population, de mixité ou de mode de vie, il est évident que Montréal doit avoir beaucoup plus de pouvoirs et de ressources pour répondre adéquatement à sa réalité. Montréal doit se rapprocher de ce qu’on pourrait appeler « une cité-État », possédant une grande autonomie tant au niveau politique que financier. Il faut que l’ensemble du Québec appuie Montréal dans cette direction, pendant que Montréal appuie l’autonomie de chacune des régions du Québec, qui devront entre autres devenir les gestionnaires de nos ressources naturelles.

Il y a encore loin de la coupe aux lèvres pour arriver à une telle situation. Pour beaucoup de gens à Montréal, confier la gestion des ressources naturelles aux régionaux serait la pire chose à faire :  notamment parce qu’ils seraient en conflit d’intérêts du fait de leur proximité. S’il en est ainsi, il faudrait sans doute confier la gestion du métro et de toutes les grandes infrastructures de Montréal à des régionaux pour éviter les conflits potentiels. On voit bien qu’avec une telle logique, on n’ira nulle part.

Par ailleurs, pour réussir le pays, il faudra une meilleure occupation du territoire de l’ensemble du Québec.

Pour y arriver, quoi de mieux que de proposer un grand chantier québécois, ayant pour objectif que chacune des régions devienne plus autonome et maître de sa destinée.

Le Québec a fait la preuve dans les années 1960  qu’il était capable de grands changements, notamment lors de la Révolution tranquille. Un vaste mouvement s’était alors créé pour moderniser le Québec. En 2007, la Coalition pour un Québec des Régions avait lancé l’idée des États généraux du Québec des Régions en disant que nous avions besoin d’une deuxième phase de la Révolution tranquille : la révolution démocratique, axée sur la décentralisation. Celle-ci, disait-on, ne remplacera pas le développement économique, mais elle pourra lui fournir le cadre et l’élan nouveau dont il a besoin pour assurer une occupation dynamique de tout le territoire du Québec.

Si nous apprenons à nous faire confiance entre individus et entre régions. Nous aurons tout ce qu’il nous faut pour bâtir le pays du Québec.

Denis Trottier

Ex. député de Roberval

info@dtrottier.com

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES