Samedi, 13 juillet 2024

Extra

Temps de lecture : 1 min 55 s

La fierté de participer au développement économique régional

Serge Tremblay
Le 24 février 2022 — Modifié à 13 h 10 min le 24 février 2022
Par Serge Tremblay - Rédacteur en chef

Contenu commandité - Avec ses 236 km de sentiers de motoneige et de quad, le circuit ­La ­Passerelle du 49e du ­Parc régional des ­Grandes-Rivières du lac ­Saint-Jean est, depuis 2018, synonyme d’importantes retombées pour le nord du ­Lac-Saint-Jean.

C’est d’ailleurs avec fierté que plusieurs entreprises régionales contribuent depuis 2016 à différentes phases de ce chantier majeur qui atteindra bientôt une nouvelle dimension avec la construction d’une passerelle sur la rivière ­Péribonka.

Longue de 140 mètres, « elle sera l’une des plus longues passerelles à portée simple au ­Saguenay-Lac-­Saint-Jean », affirme ­Alex ­Laprise, chargé de projet chez Constructions DOMI inc.

Cela signifie que la passerelle sera construite en l’absence de piliers en rivière. Seules des culées permettront de retenir le pont à même le roc présent sur les deux rives. Une façon de faire écologique puisqu’elle évite que des travaux ne soient effectués dans l’habitat du poisson.

Or, ­Alex ­Laprise explique que plus les extrémités sont éloignées l’une de l’autre, plus les défis de conception d’un pont à simple portée sont nombreux.

« ­Rendu à 140 mètres, ça commence à être vraiment long pour ce type de ­pont-là. Il faut prendre en considération les influences du vent, de la charge et de la neige. Alors il y a plus d’enjeux au niveau de la faisabilité et de la construction. Les paramètres sont exponentiels. »

Pour l’équipe de ­Constructions ­DOMI inc., participer à un défi de cette ampleur est source d’une grande fierté.

« C’est un mandat très important pour l’entreprise. Nos employés sont très fiers de ce mandat parce qu’­eux-mêmes possèdent des chalets ou font des activités de villégiature dans ce ­secteur-là. Et en tant que travailleurs, ils trouvent ça très stimulant de travailler sur un projet d’aussi grande envergure. Quand on parle d’un pont de 140 mètres, il n’y a pas beaucoup de gens qui ont fait ce genre de ­structure. »

WSP

La passerelle sur la rivière ­Péribonka, dont la conception devrait s’achever en mars, sera également le fruit du travail de la division de ­Saguenay de la firme d’ingénierie ­WSP.

« ­Nous, on a établi les balises techniques nécessaires à une passerelle de motoneiges et on a fait la suggestion optimale de l’emplacement en tenant compte des objectifs du projet. C’est également nous qui serons les vérificateurs de la conception faite par l’entrepreneur », indique ­Michel ­Tremblay, directeur régional de ­WSP.

« ­On a aussi été engagés en tant qu’experts pour accompagner l’entrepreneur durant la construction », ajoute ­Benoit ­Turgeon, l’ingénieur attitré au projet. WPS ayant également participé à la réalisation de trois autres passerelles ­au-dessus de la rivière aux ­Rats, ­Michel ­Tremblay souligne « que ce sont des projets phares, particulièrement celui de la rivière ­Péribonka. Ça fait ressortir les compétences des gens de la région. »

« ­De faire du travail chez nous, dans notre propre région, on en est fiers. Et puis surtout, on est capables de le faire », renchérit ­Benoit ­Turgeon.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES