Extra

Temps de lecture : 1 min 58 s

Portrait de diplômée - Johanne Simard

Alexandra Gilbert
Le 19 avril 2022 — Modifié à 10 h 25 min le 19 avril 2022
Par Alexandra Gilbert - Directrice numérique

Portrait de diplômée - Johanne Simard

Contenu commandité

Johanne Simard, une passion débordante d'apprendre

Découvrez le portrait d’ambassadeurs de l’Université du Québec à Chicoutimi.

À travers le parcours de ces diplômés, vous en apprendrez sur leur domaine d’études, mais également sur l’impact positif qu’a eu leur passage entre les murs de l’établissement d’enseignement.

Il n’est jamais trop tard pour suivre une formation universitaire. Parlez-en à Johanne Simard qui a décidé de compléter deux maîtrises alors qu’elle surfait sur une solide carrière qui l’occupait amplement.

« J’ai toujours aimé apprendre! Et je voulais me donner des outils et avoir des connaissances supplémentaires pour mon travail. Je suis fière des efforts que j’ai accomplis et mes études ont fait la différence pour ma progression dans ma carrière professionnelle », mentionne celle qui occupe le poste de directrice des ressources humaines et affaires corporatives au Collège d’Alma.

C’est après avoir terminé un certificat en marketing en 2003 que la piqûre des études universitaires touche Johanne Simard. Quelques années plus tard, elle décide de s’inscrire à la maîtrise en gestion des organisations.

« Je savais que ça me permettrait de parfaire mes connaissances. J’ai vraiment adoré et dès que j’ai eu obtenu mon diplôme en 2009, j’ai décidé de poursuivre en faisant mon MBA. Ça été une expérience tellement enrichissante qui m’a permis d’apprendre auprès d’enseignants de haut niveau. Aussi, mes collègues de maîtrise m’ont appris énormément et je suis toujours en contact avec eux. »

PROXIMITÉ ET EFFORTS

Évidemment, la proximité de la maison d’enseignement de Chicoutimi a permis à la résidente d’Alma de suivre ses cours en présentiel.

« Je ne crois pas que je me serais inscrite pour suivre des cours à distance. La présence en classe était très importante. Même si ça n’a pas été facile de suivre des cours et d’étudier les soirs et les week-ends en dehors de mes heures de travail, je ne regrette pas d’avoir consacré autant d’efforts. »

Tant elle aime apprendre, Johanne Simard s’était inscrite au doctorat en 2017, mais des problèmes de santé ont contrecarré ses plans.

« Si j’avais pu gagner ma vie à être sur les bancs d’école je l’aurais fait. L’UQAC m’a permis d’assouvir ma soif d’apprendre. Nous sommes vraiment choyés d’avoir une telle institution dans la région. C’est précieux. »

L’IMPORTANCE DU DIPLÔME

Sans ces deux maîtrises, Johanne Simard assure qu’elle n’aurait pas pu réaliser cette carrière dans le domaine de la santé et de l’éducation.

« Cela m’a permis de m’ouvrir des portes et d’acquérir des connaissances primordiales. Grâce à ma formation, j’ai pu me créer un vaste réseau de contacts dont plusieurs sont devenus des amis. »

Elle donne d’ailleurs souvent le même conseil aux cégépiens qu’elle rencontre dans son bureau.

« Je le répète aux jeunes que je côtoie : le meilleur outil que tu peux te donner c’est un diplôme. Ça t’ouvre les premières portes de ta future carrière ».

Découvrez les parcours inspirants d’autres diplômés et diplômées de l’UQAC ici.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES