Économie

Temps de lecture : 1 min 32 s

À 18 ans, Alice Dumoulin ouvre sa propre boutique d'artisanat

Yohann Harvey Simard
Le 01 décembre 2022 — Modifié à 08 h 06 min le 01 décembre 2022
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

À 18 ans, Alice Dumoulin ouvre sa propre boutique d'artisanat

Contrainte d’arrêter l’école pour des raisons de santé, il n’était pas question pour Alice Dumoulin, 18 ans, de se tourner les pouces à la maison. Ni une ni deux, elle a plutôt décidé d’ouvrir sa propre boutique-cadeaux, L’Artisanat d’Alice, dans la Plaza 3 d’Alma.

Ouvert depuis trois semaines, le commerce propose différents articles artisanaux, dont des chandelles confectionnées à la main par la jeune fille. Alice Dumoulin se réjouit d’ailleurs que son meilleur vendeur ait jusqu’à présent été ses chandelles, signe que son travail est apprécié par la clientèle.

« Les clients ont vraiment eu un coup de cœur pour mes chandelles », dit-elle. Elle ajoute qu’elle compte maintenant en faire la distribution dans différents points de vente au Lac-Saint-Jean et même au Saguenay.

Alice Dumoulin collabore aussi avec d’autres artisans locaux, ce qui lui permet de vendre les œuvres d’un artisan sur bois et d’une artiste peintre, des articles en macramé, des capteurs de rêves, des vitraux ainsi que des articles pour bébé, par exemple.

Faites avec amour

Par ailleurs, la jeune fille affirme faire preuve d’une grande méticulosité dans la confection de ses chandelles.

Elle les fabrique exclusivement à l’aide de cire de soya en raison de la longévité qu’elle procure aux chandelles. Pour les fragrances, elle emploie autant que possible des huiles essentielles afin que ses chandelles soient exemptes de produits chimiques.

L’Asperger, pas un obstacle

Présentant elle-même un syndrome d’Asperger, la jeune fille se dit particulièrement fière d’offrir les articles de Bleuet atypique, une entreprise dont la mission est de mettre en lumière les personnes autistes.

« Je suis très heureuse d’avoir leurs produits parce qu’ils promeuvent les différences entre les personnes. »

Bien que son syndrome complique parfois ses dynamiques relationnelles, Alice Dumoulin soutient que cela ne l’aurait jamais empêchée de se lancer en affaires.

Résilience

Également atteinte d’une maladie auto-immune, Alice Dumoulin a dû interrompre ses études collégiales, lesquelles étaient devenues difficiles à conjuguer avec ses symptômes.

« Ça attaque tous les muscles, les organes, la peau, les articulations. Moi, c’est surtout les jambes, alors il y a des journées où j’ai de la difficulté à marcher ou même à me lever. »

En attente d’un diagnostic précis et du traitement conséquent, elle explique que la gestion de sa boutique lui permet notamment de se reposer lorsqu’elle en ressent le besoin.

 

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES